Le Testament d'Ausone

Le Testament d'Ausone
Le Testament d'Ausone

Marc Petit - Collection Les Merveilles
Janvier 2018 / 160 pages / 13,5 x 20,3 cm / ISBN : 978-2-36062-187-3

Premier poète de son temps, Gallo-Romain enraciné dans la terre d’Aquitaine et amoureux de ses paysages, Ausone entonne le chant du cygne de l’Antiquité classique. Mais il est  peut-être aussi, comme le laissait entendre Régine Pernoud, le premier poète de ce qui s’appellera un jour la France - le pays de Vézelay, de Ronsard et de Montaigne. Homme de grande culture, disciple nostalgique et parfois irrévérencieux de Virgile, ce professeur de rhétorique bordelais, futur auteur, entre autres, du poème de La Moselle, est appelé à Trèves, promue capitale de l’empire d’Occident. Pendant quelques années, jusqu’à son élévation au consulat, il exercera une influence notable sur la politique impériale, avant de connaître la disgrâce et de se replier sur ses terres.

Sommaire 

Le Testament d’Ausone, bien évidemment apocryphe, n’est pas un ouvrage historique, mais une manière de roman. Il se présente comme une suite de dix lettres adressées par le poète, de sa villa de Lucaniac, au milieu des vignes, où il s’est retiré, à des personnages connus – l’empereur Gratien, Symmaque, chef du parti sénatorial, Virgile ou encore Paulinus, son meilleur disciple, plus tard canonisé sous le nom de Saint Paulin de Nole, ainsi qu’à des figures de sa famille et de son entourage. Riche en résonances, cette fiction poétique est aussi une méditation sur l’Histoire : dans un empire en voie de décomposition et dont les jours sont comptés, l’honneur de l’écrivain est de maintenir, sans illusions, mais sans céder non plus à la désespérance, le souvenir vivant de la culture humaniste, son lien avec le paysage aimé où l’utopie arcadienne, en dépit des malheurs du siècle, semble à certains moments près de s’incarner, dessinant les contours d’un pays à naître.

L’auteur : Marc Petit, né en 1947, a pratiqué tous les genres littéraires, de la poésie au roman, en passant par la nouvelle, le conte, l’essai, la traduction et le livre d’art. À retenir de sa longue bibliographie ses grands romans Ouroboros (1989), Le Nain Géant (1993), La Compagnie des Indes (1998), sa sublime autobiographie fictive Architecte des glaces (1991, réédition en Folio), des traductions de Rilke et Trakl, un livre-référence sur l’art primitif de l’Himalaya, À masque découvert (1995), et trente ans au service de la nouvelle. Son dernier roman Séraphin ou l’amour des ombres est paru en 2014. Il partage sa vie entre Paris et la Gironde.