Bordeaux et la folie du chemin de fer. 1838-1938

Bordeaux et la folie du chemin de fer. 1838-1938
Bordeaux et la folie du chemin de fer. 1838-1938

Juillet 2017 / 96 pages / 17 x 24 cm / ISBN : 978-2-36062-175-0
Sous la direction de Frédéric Laux, directeur des Archives Bordeaux Métropole

Bordeaux et la folie du chemin de fer  accompagne l’exposition éponyme qui débutera le 1er juillet aux Archives Bordeaux Métropole. Cet ouvrage revient sur l’histoire du chemin de fer à Bordeaux et dans la métropole, de l’arrivée des premiers trains, en 1838, jusqu’à l’électrification du réseau à la fin des années 1930.
Ce livre est le second volume d’une série d’ouvrages réalisés en collaboration avec les Archives Bordeaux Métropole, initiée avec Les clefs du trésor de Bordeaux. 800 ans d’archives, visant à montrer la richesse patrimoniale de cette institution pluricentenaire.

Sommaire 

Une véritable railway mania s’empare de l’Europe dans les années 1830 : innovation technologique venue d’Angleterre, la voie ferrée s’impose à grande vitesse et partout comme moyen de locomotion, apportant avec elle modernité et bouleversements. Durant son voyage dans le Midi, Stendhal ne peut que constater qu’à Bordeaux, comme ailleurs, « la folie du chemin de fer éclate ». Et avec elle, c’est la physionomie de la ville qui en est modifiée : rails, gares, entrepôts, nouveaux quartiers… Un monde neuf apparaît.
Grâce à la richesse des fonds des Archives Bordeaux Métropole, ce livre retrace un siècle de construction, d’évolution et de modernisation de la ville, de l’arrivée des premiers trains, en 1838, à l’électrification du réseau et la création de la SNCF en 1938. Au fil des pages, un quartier naît autour de la gare et évolue, une population s’installe, tandis que le tourisme moderne connaît ses premiers balbutiements avant de prendre son essor. Reconstitution d’une époque empanachée par la fumée des trains, Bordeaux et la folie du chemin de fer propose des documents rarissimes qui invitent au voyage dans un Bordeaux à la fois révolu et prégnant, entre nostalgie et histoire(s).